Nécrologie
de Michel Piccoli

MICHEL PICCOLI

Michel Piccoli, acteur et grande figure du cinéma français, est décédé à l’âge de 94 ans le 12 mai 2020 à Saint-Philibert-sur-Risle dans l’Eure. Sa mort est survenue des suites d’un accident cérébral selon le communiqué envoyé par sa famille le 18 mai.

En 70 ans de carrière débutée à 20 ans au théâtre, en 1975, Michel Piccoli ne connaîtra le succès qu’à partir de 1962, à l’âge de 37 ans, avec la sortie du film « Le Doulous »

Michel Piccoli, une grande carrière de comédien

Michel Piccoli, de son nom de naissance Jacques Daniel Michel Piccoli, est né dans le 13ème arrondissement de Paris le 27 décembre 1925. Il a suivi des cours de comédie successivement auprès d’Andrée Bauer-Théraud puis au cours d’art dramatique René-Simon. Il s’est aussi bien illustré au cinéma qu’au théâtre, avec à son actif 176 longs-métrages, 49 pièces de théâtre et 33 courts-métrages. En 70 ans de carrière débutée à 20 ans au théâtre, en 1975, Michel Piccoli ne connaîtra le succès qu’à partir de 1962, à l’âge de 37 ans, avec la sortie du film « Le Doulous », film dans lequel il a joué aux côtés de Jean-Paul Belmondo et de Serge Reggiani. Un succès qui s’est confirmé l’année suivante lorsqu’il a joué dans « Le mépris » auprès de Brigitte Bardot. Michel Piccoli est considéré comme un acteur monumental, une légende du cinéma français. Il a en effet travaillé avec les plus grands réalisateurs français et européens comme Jean-Luc Godard, Alain Resnais, Jean Renoir, Jean-Pierre Melville, Luis Buñuel, Jacques Demy, Claude Sautet, Alfred Hitchcock, Marco Ferreri ou encore Nanni Moretti. Il brillait également sur les planches qu’il a débutées avec les compagnies Renaud-Barrault et Grenire-Hussot, et au Théâtre de Babylone. Une carrière de comédien mise en scène par Jean-Marie Serreau, Luc Bondy, Patrice Chéreau, André Engel… Il a également fait intrusion dans les téléfilms comme dans « Sylvie et le fantôme », « Tu ne m’échapperas jamais » ou encore « L’Affaire Lacenaire ». Tout au long de sa carrière, Michel Piccoli a été nominé 4 fois au César et 2 fois pour les Molières et a reçu 7 récompenses pour le cinéma et le théâtre.

Michel Piccoli, ses plus beaux rôles

C’est dans son rôle de truand, dans le film policier « Le Doulous » de Jean-Pierre Melville, que Michel Piccoli s’est fait connaître du grand public. Un jeu d’acteur qui s’est confirmé dans « Le mépris », un film franco-italien dans lequel il joue le rôle du scénariste Paul Javal auprès de Brigide Bardot. Dans un autre film franco-italien désormais devenu culte, « La grande bouffe », il tient l’un des rôles principaux dans un film qui raconte le suicide collectif de bourgeois par ingurgitation de nourriture. Auprès de Marlène Jobert et de Michael York, il joue dans « La poudre d’escampette », une comédie dans laquelle il tient le rôle d’un trafiquant d’armes en cavale dans le désert avec ses deux compagnons. Michel Piccoli s’offre son premier rôle à scandale dans « Belle de jour » avec Catherine Deneuve, à qui il suggère de se prostituer pour satisfaire ses désirs sexuels insatisfaits. Auprès de Romy Schneider dans « Les choses de la vie », il s’embarque dans un triangle amoureux, une histoire déchirante d’amoureux et d’accident de voiture. Il a été récompensé d’un césar dans « La belle noiseuse », dans lequel il tient le rôle d’un vieux peintre rongé par un secret. Et le dernier qu’il a tourné avec Luis Brunel, « Habemus papam » où il campe le rôle du pape nouvellement élu qui se perd dans les dédales de la cité du Vatican. Acteur secret et peu bavard, Michel Piccoli a néanmoins publié deux livres, « Dialogues égoïstes » et « J’ai vécu dans mes rêves » dans lesquels il se livre. Dans le documentaire « L’extravagant monsieur Piccoli » qu’Yves Jeuland a réalisé sur l’acteur, Michel Piccoli a souhaité que l’on se souvienne de lui comme un acteur qui a aimé son métier qui l’a servi au mieux. Chose faite si l’on se fie aux nombreux témoignages suite à son décès.