Nécrologie
de Michel Hidalgo

Michel Hidalgo

Le monde du football français est en deuil. Celui qui avait offert aux bleus son premier titre international en rapportant le Championnat d’Europe en 1984, Michel Hidalgo, joueur international et ancien entraîneur de l’équipe de France est décédé le 26 mars à Marseille. Il venait d’avoir 87 ans.

Contrairement aux autres coaches, il donnait la parole à ses joueurs et les impliquait dans la conception des phases de jeu

Michel Hidalgo : Après une carrière de joueur bien rempli …

Fils d’un ouvrier métallurgiste espagnol et d’une Parisienne, Michel Hidalgo et son frère jumeau Serge, sont nés le 22 mars 1933 à Leffrinckoucke, dans le Nord de la France. Ses premiers pas de joueur de foot ont commencé par des jeux, comme la plupart des jeunes. C’étaient des parties à un contre un, contre son frère jumeau. C’est ainsi qu’il a pu développer ses talents de dribleur. Forcée de déménager en raison de la guerre durant l’été 1944, la famille se réfugie en Mayenne avant de revenir en Normandie. Les deux frères s’inscrivent dans une équipe paroissiale et se font remarquer par l’US Normandie. C’est avec cette équipe qu’en 1952, ils sont devenus les champions de Normandie juniors. Michel Hidalgo intègre par la suite Le Havre AC pour son premier contrat professionnel. Il y joue en tant qu’ailier droit jusqu’en 1954. Il se démarque surtout par sa vitesse et ses dribles. Il passe ensuite au Stade de Reims en tant qu’ailier gauche cette fois-ci. Quand bien même il n’est pas toujours titulaire, il a, à son actif, 19 buts, le Championnat de France, le trophée des champions et la finale de la coupe d'Europe des Clubs Champions. En 1957, il devient capitaine d’équipe de l’AS Monaco, qui remporte la Coupe de France 1960 et 1963, le Championnat de France en 1961 et 1963, la coupe Drago en 1961. Sa seule et unique sélection parmi les bleus était en 1962 contre l’Italie, match pendant lequel il a joué seulement à la seconde mi-temps en tant que milieu défensif.

… Il devient Président du syndicat des joueurs et sélectionneur des bleus

C’est en 1964 que Michel Hidalgo prend la direction de l’UNFP, le syndicat des joueurs. Il le dirige jusqu’en 1969. Très actif et soucieux des joueurs, il travaille d’arrache-pied et finit par créer en 1966 la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels ou FIFpro pour défendre les droits des joueurs. Et dans un esprit d’équité, il obtient également, en 1969, l’entrée en vigueur du contrat à temps. C’est en 1975 qu’il succède à Stefan Koyacs pour devenir le sélectionneur des bleus. Il change alors l’histoire de l’équipe avec sa façon nouvelle de voir son jeu en misant sur l’offensive. Il est l’initiateur du fameux carré magique constitué par Platini, Genghini, Giresse et Tigana, en grande partie à l’origine des victoires de la France. Il a instauré au sein de l’équipe un nouveau management. Les joueurs sont unanimes à le dire : il était un rassembleur et a fait d’eux une bande qui prenait plaisir à jouer ensemble. Contrairement aux autres coaches, il donnait la parole à ses joueurs et les impliquait dans la conception des phases de jeu. C’est ainsi que Michel Hidalgo a réussi à tirer le meilleur de chaque bleu. Et après une décennie d’absence sur la scène internationale, il mène les bleus à une phase finale de la Coupe du monde en 1978 et son retour au-devant de la scène footballistique en gagnant l’Euro en 1984 face à l’Espagne. Après 8 années au service des bleus, il se retire, mais reste actif en tant que directeur technique national jusqu’en 1986 et devient le manager de l’Olympique de Marseille en 1991. À la suite de soucis judiciaires au sein du club, il quitte définitivement le milieu actif du football et devient animateur radio sur TMC dans l’émission « Demain c’est foot » ou commentateur de matchs. Michel Hidalgo est considéré par ceux qui l’ont côtoyé comme un homme au grand cœur qui a marqué à jamais ses joueurs. Pour les fans de foot, c’est l’homme des « premières fois » des bleus. L’ancien manager général du club marseillais sera inhumé le mardi 31 mars,« habillé pour son grand départ du survêtement de l’OM », a indiqué la famille dans un communiqué.