Nécrologie
de Maurice Barrier

Maurice Barrier, un acteur de cinéma nous quitte

Comédien et chanteur, Maurice Barrier est décédé à l’âge de 87 ans, dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 avril 2020, des suites du coronavirus, à l’hôpital de Montbard, en Côte d’Or. Il était surtout connu pour avoir tenu les seconds rôles aussi bien au cinéma qu’à la télévision, mais il a su toucher le cœur du public.

Maurice Barrier, son parcours au théâtre et à la télé

Maurice-Jean-Étienne Barrier est né le 8 juin 1932 à Malicorne-sur Sarthe, Maurice Barrier n’était pas prédestiné à devenir comédien. Il travaillait déjà dans l’atelier d’ébénisterie de son père lorsqu’à 28 ans, il fait la connaissance des pensionnaires de la Comédie de l’Ouest, à Rennes. Ses débuts de comédien sur scène se font dans Caligula d’Albert Camus. Depuis, il n’a cessé de jouer jusqu’en 2000, notamment sous la direction de Roger Planchon. Il a tenu un rôle dans 52 pièces de 1959 à 2002. En 1980, il a fait une prestation remarquée dans le rôle de Jean Valjean des « Misérables », en version comédie musicale au cours de laquelle il a chanté. Il a également joué dans une comédie musicale pour enfant de Daniele et Alain Boublil, intitulée Abbacadabra, en1983. Il a obtenu un Molière en 1998 pour son second rôle dans la pièce « Douze hommes en colère » de Reginald Rose. Maurice Barrier joue également dans des téléfilms. Son rôle le plus marquant est sans aucun doute celui de D’Artagnan dans « La prise de pouvoir par Louis XIV » en 1966. Il a tourné pour la télé jusqu’en 2005 en tenant des rôles également dans de nombreuses séries télévisées comme « Les cinq dernières minutes », « Les enquêtes du commissaire Maigret », « L’Instit »…

Maurice Barrier, sa filmographie

C’est sans doute au cinéma qu’il aura marqué les esprits. Maurice Barrier, qui a toujours sa moustache, excelle dans ses différents seconds rôles auprès des grands noms du cinéma comme Alain Delon dans « Flic story », Jean-Paul Belmondo dans « Les mariés de l’An II », Pierre Richard dans « Le grand blond », Jean Gabin dans « Deux hommes en ville », Patrick Dewaere dans « Coup de tête » … C’est en autre dans ce film qu’il a un de ces rôles les plus marquants ou encore dans « Scout toujours » avec Gérard Jugnot. « Rouget le braconnier » est également un film dans lequel il a fait une prestation plébiscitée, en ayant le rôle du gendarme à la poursuite de Rouget, un tisserand qui pratique en même temps le braconnage pour devenir un symbole de l’opposition au pouvoir de Napoléon III. On le remarquera également dans « Le gang » ou dans « Les fugitifs » avec encore une fois Pierre Richard et Gérard Depardieu. Dans tous les cas, les années 1980 étaient une décennie prolifique pour lui, avec 15 films tournés entre 1982 et 1989. Même si de toute sa carrière, il n’a eu souvent que des seconds rôles, il faisait partie de ceux qui l’ont cultivé avec talent et générosité. Maurice Barrier était marié à l’actrice Hélène Manesse, avec qui il vivait depuis 1962 dans l’Yonne au Canada. Gilles Cousin, un réalisateur sarthois affirme que « sous ses airs bourrus, il était d’une humanité sans nom ». Il revenait souvent sur ses terres natales pour tourner.