Deuil et étapes

Tout comprendre du deuil et de ses étapes

Face au douloureux événement qu’est la perte d’un proche, on se retrouve souvent désemparé. Si se séparer d’un être cher fait partie des expériences les plus difficiles de la vie, il est possible de trouver les clés pour permettre de mieux aborder son travail de deuil.
Faire son deuil nécessite du temps et du travail, et implique de passer par différents stades. En plus de fournir un certain « repère », connaître les étapes du deuil est d’une aide précieuse afin de les traverser au mieux.
Les étapes présentées ici ont été tirées de l’étude sur le processus du deuil réalisée par Élisabeth Kluber-Ross. « Tout le monde ne passe pas forcément par ces cinq étapes et les réactions ne suivent pas toujours le même ordre ».

Tout le monde ne passe pas forcément par ces cinq étapes et les réactions ne suivent pas toujours le même ordre
tirées de l’étude sur le processus du deuil réalisée par Élisabeth Kluber-Ross

Choc et déni de la réalité

Le choc provoqué par l’annonce du décès d’un proche nous plonge parfois dans un état de stupeur, caractérisé par des sentiments de chagrin et de désarrois. On a beaucoup de mal à concevoir la disparition de l’être aimé, surtout lorsque la séparation est survenue brutalement, de manière imprévisible. Les réactions suscitées par la terrible nouvelle peuvent être différentes d’une personne à l’autre. L’endeuillé peut passer par une phase d’engourdissement et se sentir détaché, avec des émotions qui semblent anesthésiées.

Nos services en lien avec cet article

Tous nos services

Sentiment de colère

Ce n’est qu’une fois l’organisation des obsèques passée, que l’on commence à réaliser que le défunt ne fera plus partie de notre vie. Le vide laissé par la personne décédée affecte notre quotidien. Survient alors une deuxième phase qui laisse place généralement à la colère et à une attitude de révolte. Dans ces moments, il n’est pas rare d’éprouver des sentiments d’injustice et d’en vouloir à celles et ceux qui pourraient être considérés comme « responsables » de la mort du proche : circonstances, corps médical ; voire soi-même dans le cas d’un suicide.

Négociation et phase d’incertitude

Lors de cette troisième étape, la personne en deuil éprouve des regrets, mais aussi de la culpabilité. Durant cette période, des interrogations se posent sur ce qu’elle aurait pu faire pour éviter cette fin tragique. Il est également possible de réagir de manière irrationnelle à tenter de négocier le retour de l’être cher.


Dépression et tristesse
Cette étape douloureuse peut nous faire basculer dans une profonde tristesse voire dépression. Cette phase plus ou moins longue selon les personnes est marquée par la prise de conscience que la personne aimée ne reviendra pas. C’est la fin des projets que l’on avait imaginé réaliser. La douleur de son absence nous submerge et un état de dépression peut vite s’installer, si bien que si elle devient durable il convient de se faire aider par un professionnel de santé et/ou du deuil. Bien que cela soit une période particulièrement douloureuse elle marque un tournant dans le travail de deuil qui va permettre la cicatrisation à venir. Pénible et particulièrement difficile à vivre, ce processus précédant la cicatrisation est nécessaire pour faire son deuil.


Acceptation et reconstruction
Après une phase de déstructuration, l’endeuillé envisage un nouvel avenir sans l’être aimé. Il trouve peu à peu la force et les ressources nécessaires pour se reconstruire, par lui-même ou bien grâce à un accompagnement. Même si la douleur ne s’est pas complètement estompée, elle est vécue plus sereinement.

Consultez
nos
articles

Cavurne

Le cavurne est une sépulture composée de cases bétonnées qui a pour fonction de conserver les cendres des personnes ayant choisi la crémation. Affichant des dimensions plus importantes, il offre la possibilité d’installer un monument funéraire pour honorer la mémoire de l’être cher. .

Le cavurne est une sorte de caveau de petite taille creusé dans le sol et recouvert d’une dalle qui peut être en granit, en pierre, ou en marbre. Conçu la plupart du temps en béton préfabriqué, il peut accueillir une ou plusieurs urnes.

Le terme cavurne provient de la contraction de caveau et urne. À titre d’information, il est employé pour désigner la sépulture cinéraire et non le monument placé au-dessus, qui est appelé monument cinéraire.

En ce qui concerne le columbarium, il s’agit le plus souvent d’une construction collective qui comprend de nombreux habitacles pour déposer les urnes cinéraires. Réalisé en granite pour la plupart, il peut prendre différentes formes avec des cases disposées en plusieurs rangées. À l’inverse, le cavurne est une construction individuelle destinée à inhumer les urnes contenant les cendres des membres d’une même famille. C’est donc un lieu privé permettant aux proches de se recueillir de manière plus intime. Avant d’entreprendre des travaux de construction de cavurne, il est impératif d’acquérir une concession auprès de la commune d’inhumation.



Lire l'article

Monument cinéraire ou cavurne

Les personnes ayant choisi la crémation peuvent opter entre deux types de sépulture pour le dépôt des urnes : le monument cinéraire et le cavurne. Le monument cinéraire se distingue par la présence d’une stèle érigée au-dessus, tandis que le cavurne est tout simplement recouvert d’une dalle de fermeture. Ces deux options constituent une alternative au columbarium et à la dispersion des cendres funéraires.

Que vous souhaitiez créer un monument cinéraire ou conserver l’urne dans un cavurne, le choix de l’endroit qui matérialise le lieu du souvenir revêt une grande importance et vous permet d’honorer dignement le défunt. La sépulture cinéraire peut être personnalisée à l’image de l’être cher afin d’exprimer vos sentiments les plus purs.

Lire l'article

Columbarium

À la suite d’une crémation, la mise en columbarium fait partie des choix possibles qui s’offrent à la famille pour l’emplacement des cendres du défunt.
Mode de sépulture à part entière, le columbarium est un édifice construit hors-sol composé de niches qui sont destinées à accueillir les urnes.

Lire l'article

Restauration de sépulture

La pierre est un matériau de caractère et d’une durabilité exceptionnelle et elle est utilisée depuis longtemps dans la construction de monument. La plupart des monuments sont érigés à partir de ce matériau naturel noble qui est associé à la pureté. 3

Mais sous l’emprise du temps et en étant soumis aux aléas climatiques, les monuments funéraires en pierre peuvent subir une altération qui engendre des dégâts plus ou moins importants aux sépultures. Ce qui implique d’accorder plus d’attention dans leur entretien afin d’éviter que le lieu de repos du défunt soit définitivement dégradé.
Si votre monument a perdu un peu de son lustre, de nombreux professionnels de la restauration funéraire proposent leurs services. Ils proposent une rénovation partielle ou complète de la sépulture afin qu’elle retrouve sa beauté d’avant. Cet entretien de sépulture permet de redonner un coup d’éclat au monument funéraire et de profiter d’un lieu de recueillement soigné pour rendre hommage à la mémoire de vos proches notamment après une période de Covid19 telle que nous l’avons connu en 2020.

Lire l'article

Crémation, dispersion des cendres

La crémation est devenue très courante en France, le nombre de personnes qui privilégient cette pratique étant constamment en hausse ces dernières années.

Lire l'article
Tous les articles