Nécrologie de Marielle de Sarnez

Marielle de Sarnez est décédée à Paris, terrassée par une leucémie.

Marielle de Sarnez, son décès

Marielle de Sarnez, femme politique et figure emblématique du courant centriste, est décédée le 13 janvier 2021 à Paris. Sa mort fait suite à une leucémie foudroyante. Elle aura été, pendant plus de quarante ans, le « bras droit » de François Bayrou. Elle avait 69 ans.

Elle est nommée secrétaire nationale de l’UDF, puis vice-présidente exécutive du parti.

Marielle de Sarnez, ses débuts dans la politique

Marielle de Sarnez, de son nom de naissance Marielle Lebel de Sarnez, est née le 27 mars 1951 à Paris. Après l’obtention de son baccalauréat, elle aspire à avoir son indépendance et vit de petits boulots. C’est un ami de la famille qui lui propose le poste de secrétaire du mouvement des Jeunes Républicains. En 1974, elle fait son entrée en politique et participe à la campagne présidentielle de Valéry Giscard d’Estaing. En 1977, elle anime le Mouvement des jeunes giscardiens, avant de participer à la fondation de l’UDF. C’est au cours des législatives de 1978 qu’elle rencontre François Bayrou. Une rencontre qui va déterminer toute sa carrière politique. En effet, elle devient sa collaboratrice la plus proche. Elle devient d’abord son adjointe alors qu’il est secrétaire général de l’UDF, puis sa conseillère et directrice de cabinet lorsqu’il est nommé ministre de l’Éducation nationale. Elle se présente, en 1999, aux élections européennes et obtient son premier mandant de Députée européenne. Cette élection la propulse dans le monde politique. En 2001, elle devient conseillère municipale de Paris. En 2004, elle est réélue au Parlement Européen sous la liste conduite par François Bayrou. L’année suivante, elle est nommée secrétaire nationale de l’UDF, puis vice-présidente exécutive du parti.

Marielle de Sarnez, sa carrière politique au sein du MoDem

Marielle de Sarnez préside, en 2007, la campagne présidentielle de François Bayrou. Malheureusement, celui-ci n’accède pas au second tour et ils décident de fonder le parti politique du MoDem (Mouvement Démocrate). Elle occupe alors le poste de vice-présidente. Réélue au Conseil de Paris en 2008, elle préfère se consacrer au Parlement Européen et démissionne en 2010. Elle s’occupe de nouveau de la campagne de François Bayrou pour les présidentielles de 2012, qui se solde une fois encore par une défaite. Le parti du MoDem se rallie alors à Emmanuel Macron. Celui-ci élu, il nomme Marielle de Sarnez Ministre chargée des Affaires européennes. Elle remporte, dans la foulée, les élections législatives de la 11e circonscription de Paris. Malheureusement, elle est contrainte de démissionner du gouvernement, deux mois à peine après sa prise de fonction pour des soupçons d’emplois. Par la suite, elle est élue députée de Paris et présidente de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Au mois de décembre 2019, elle est mise en examen dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem.

Marielle de Sarnez se qualifiait de « droite non conformiste ». Fidèle et loyale, elle avait tout au long de sa carrière politique soutenu et encouragé son ami François Bayrou. Tous les deux avaient le désir d’un centre fort, affranchi de la tutelle de la droite et des convictions européennes communes.