Nécrologie de Jean-Yves Lafesse

Mort de l’humoriste Jean-Yves Lafesse

Avis-de-deces-Jean-Yves-Lafesse-©YannBohac-MPP-SIPA

Jean-Yves Lafesse, son décès

Jean-Yves Lafesse, humoriste français, est décédé le 22 juillet 2021 à Vannes (Morbihan). Il est mort de la maladie de Charcot, maladie neurodégénérative dont il souffrait depuis un an. Jean-Yves Lafesse était connu pour ses canulars téléphoniques et ses caméras cachées. Il avait 64 ans.

Durant toute sa carrière, Jean-Yves Lafesse effectue plus de 2000 canulars téléphoniques.

Jean-Yves Lafesse, le faiseur de canulars

Jean-Yves Lafesse, de son nom de naissance Jean-Yves Lambert, est né le 13 mars 1957 à Pontivy. Après l’obtention de son bac en 1978, il suit des études de lettres et de cinéma. Il débute sa carrière d’animateur radio en 1981 et exerce sur des radios libres telles que Carbone 14. Il commence alors à faire des canulars téléphoniques et devient rapidement un pilier de la radio. Il prend le pseudonyme « Lafesse » en souvenir du seul but qu’il a marqué dans sa courte carrière de joueur de footballeur. Il continue sur sa lancée sur radio Nova, en 1984, puis sur Europe 1 et Canal+. À partir de 1985, on le voit effectuer des interviews bidons sur différentes chaînes télévisées, avec comme micro d’abord une carotte puis son petit doigt. Le public le verra ainsi pendant un peu plus d’une décennie. Durant toute sa carrière, Jean-Yves Lafesse effectue plus de 2 000 canulars téléphoniques. Parmi eux, on peut citer Les impostures (1991) et les 2 albums des impostures : Grandiose et Sublime (1995) ; Ce n’est pas possible, Lafesse droite (2008)… Il enregistre également ses sketchs sur DVD : Pourvu que ça dure (1995), Lafesse refait le trottoir (2004), La Réouverture de Lafesse (2009), Lafesse-Germaine Ledoux Miss France 1936 (2017)…

Jean-Yves Lafesse, le comédien

Jean-Yves Lafesse met également à profit ses études de cinéma. Il ne se contente pas de ses canulars téléphoniques et de ses caméras cachées. En effet, il monte sur scène pour des spectacles dont le premier, en 2014, s’intitule Lafesse en répét. Ce spectacle est suivi de 3 autres, Détraqué et Jean-Yves Lafesse vs Germaine Ledoux : le combat (2015), et Jean-Yves Lafesse pour de vrai ! (2016). Il fait également des apparitions au cinéma, dès 1983, avec le film Carbone 14, le film. On le voit par la suite en 1990 dans Baby Blood. Il tourne 2 autres films au cours de cette décennie avant de le retrouver dans L’Arancoeur en 2010. Sa dernière apparition sur grand écran se fait en 2019, dans Roxane. Jean-Yves Lafesse est également sollicité sur le tard par la télévision. En 2014, il tourne un téléfilm intitulé La guerre des ondes. Puis, on le retrouve en 2019 dans Tom-Tom et Nana et Meurtres à Cognac en 2020. Il se fait plaisir en publiant ses canulars. C’est ainsi que l’on peut retrouver en 1992 Les Grandes Impostures téléphoniques, en 1994 Petit Précis de l’imposture, en 2011 Mes impostures, et en 2019, un BD Punk Mamy dont il en est le scénariste. Le confinement de l’année 2020 et sa maladie n’ont pas eu raison de son humour : Jean-Yves Lafesse poste sur sa page Facebook des vidéos humoristiques.

Jean-Yves Lafesse était incontestablement un humoriste incontournable du monde audiovisuel. Dans les années 1990, il était l’un des acteurs de « Nulle part ailleurs », une émission culte qui repoussait toujours plus loin les limites de l’humour. Dans une interview donnée lors du confinement, Jean-Yves Lafesse avait dit : « J’ai joué mon rôle (depuis le début du confinement). Celui de déconneur professionnel… La preuve que le rire reste indispensable en toutes circonstances ». Il aura jusqu’au bout fait rire son public.