Nécrologie de Denis Tillinac

Denis Tillinac est décédé dans la nuit du vendredi au samedi 26 septembre 2020.

Denis Tillinac, son décès

Denis Tillinac, écrivain, éditeur et journaliste français, est décédé dans la nuit du vendredi au samedi 26 septembre 2020, des suites d’une crise cardiaque. Il se trouvait comme chaque année à la fête du livre « Livres en vignes », organisée dans le vignoble du Clos de Vougeot (Côte-d’Or). Sa mort survient un an jour pour jour après celle de l’ancien président de la République, Jacques Chirac, de qui il était proche. Il avait 73 ans.

Denis Tilliniac était une figure influente de la droite en France.

Denis Tillinac, son parcours politique

Denis Tillinac, est né 26 mai 1947 à Paris. Il est considéré comme mauvais élève, mais néanmoins bon élève en lettres. Il passe son Bac en candidat libre. À l’obtention de son diplôme de l’Institut d’études politiques de Bordeaux (1971), il travaille d’abord comme journaliste à La Montagne. Par la suite, il travaille pour Madame Figaro et à La Dépêche du Midi. Très attaché à la Corrèze et connu pour être un agitateur d’idées de la droite dès les années 1970, il suit les campagnes électorales de Jacques Chirac dans la région. Il en fait un livre, en 1979, qu’il intitule Spleen en Corrèze : Journal d’un localier. Dès lors, il accompagne la carrière politique de Jacques Chirac. Lorsque celui-ci est élu président, il fait de Denis Tillinac son représentant personnel au Conseil permanent de la Francophonie (de 1995 à 1998). Il est aussi président de l’association Renaissance Afrique France, créée à l’initiative du Président Chirac pour rénover et amplifier les liens politiques entre la France et les pays d’Afrique francophone. Il partage et défend ainsi les combats politiques de Jacques Chirac pendant plusieurs années. En 2004, il devient membre de l’Institut Thomas More, club indépendant de réflexion européen. En 2005, à Bordeaux, il a pour mission de diriger un comité de réflexion sur la traite des esclaves. Lors des élections présidentielles de 2007, lorsque Denis Tillinac décide de soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy, les deux amis se fâchent. Il garde alors ses distances avec l’ancien président jusqu’en 2016. Ils se retrouvent par la suite à un rassemblement d’intellectuels et de politiques à Béziers pour une table ronde intitulée Définir ce qu’est être de droite. Au mois de février 2020, Denis Tillinac, en gaulliste convaincu, donne son avis sur « la droite d’aujourd’hui » au cours d’une interview qu’il accorde au journal Nice-Matin. Il dit alors que « La social-démocratie attend son chef, qui sera peut-être un écologiste ».

Denis Tillinac, sa carrière d’écrivain

Denis Tillinac se revendique conservateur. Tout au long de sa carrière, il collabore avec plusieurs journaux. Il présente également une émission littéraire hebdomadaire, Double page, diffusée sur TMC jusqu’en 2004. Il est aussi chroniqueur pour l’émission On refait le monde sur RTL. Il est l’auteur de plus d’une soixantaine d’ouvrages (romans, récits, essais, nouvelles, poésies…). Il signe également un billet d’humeur hebdomadaire pour Valeurs actuelles. En 1982, il reçoit le prix de la Table Ronde. L’année suivante, il est le lauréat du prix Roger Nimier (pour L’été anglais), suivi en 1987 du prix Kléber-Haedens. D’autres prix lui sont décernés dans les années qui suivent : prix Jacques-Chardonne (1990), prix du roman populiste (1993), grand prix de littérature sportive (1993), prix Paul-Léautaud (1999) et le prix de l’Enracinement-Simone Weil (2020) décerné par le cercle de réflexion « Écologie responsable ». On le récompense également, pour l’ensemble de son œuvre, du Grand Prix de littérature Henri-Gal, sur proposition de l’Académie française. Denis Tillinac est un pilier de l’école de Brive, un courant contemporain du roman de terroir, aux côtés d’autres écrivains comme Claude Michelet et Michel Peyramaure. Il est aussi membre de l’Académie catholique de France et de la Fondation Charles de Gaulle.

Parmi ses œuvres, on peut citer : Sur le pont des regrets ; Retiens ma nuit ; Elle : Éloge de l’éternel féminin ; Boulevard des maréchaux ; Le Bonheur à Souillac ; L’âme française ; Caractériel ; Le Dieu de nos pères : Défense du catholicisme ; Je nous revois ; Juste un baiser… Il est aussi l’auteur de quelques biographies, dont celle de Jacques Chirac, Chirac, le gaulois. Son dernier ouvrage est paru en 2020.

Denis Tilliniac était une figure influente de la droite en France. Ses romans sont souvent situés en Corrèze, dont il était profondément attaché. Amateur de rugby, il était aussi membre de la Ligue nationale de rugby et a consacré des ouvrages à ce sport. Cet amoureux des lettres avait présenté son dernier ouvrage, Dictionnaire amoureux du Général, paru en 2020 à la fête du livre auquel il participait chaque année.