Nécrologie de Dani

Chanteuse, comédienne, mannequin, Dani est décédée dans la nuit du 18 au 19 juillet 2022. Son manager Lambert Boudier a confirmé l’information à l'AFP, précisant que son décès est survenu à la suite d'un malaise dans la région de Tours. Dani n’en avait pas encore fini avec son art : elle venait d’achever la tournée de son dernier album, « Horizons Dorés » et un nouvel album était déjà en cours de finition…
Dani avait 77 ans.

Avis-de-deces-Dani-©SadakaEdmond-SIPA
  1. Écrire un message de sympathie
  2. Allumer une bougie de deuil
 

Un talent pour le chant, mais aussi pour la comédie…

Danièle Graule est née le 1ᵉʳ octobre 1944 à Castres. Elle est issue d’une famille modeste : son père était cordonnier et sa mère vendeuse de chaussures. Après une enfance passée à Perpignan, elle s’installe à Paris afin d’intégrer l’École des Beaux-Arts. Sa carrure et son charisme authentique lui permettent de se faire immédiatement remarquer dans ce monde où elle se sentait déjà « chez elle ». Deux années plus tard, Dani décroche un travail dans le journalisme : elle devient photographe pour « Jours de France ». Étincelante et entrepreneuse, Dani capte l’attention et gagne ainsi sa place au cinéma avec quelques rôles. Artiste aux multiples facettes, elle fait également, en parallèle, du mannequinat.

Dani, la femme à la silhouette un peu masculine et à la stature élancée, fait la rencontre du célèbre animateur de l’émission « Salut les copains », Robert Madjar. Ce dernier parvient à la convaincre de quitter les podiums pour exploiter son talent de chanteuse. Son premier 45 tours, intitulé « Garçon manqué », sort en 1966. De là, Dani enchaine les succès, avec des tubes comme « Papa vient d’épouser la bonne » (1968). Elle part en tournée avec des grands chanteurs de l’époque, dont Claude François et Alain Chamfort. Elle monte sur scène lors du spectacle de Tom Jones. En 1970, elle reçoit même le prestigieux Grand prix de l’Académie Charles-Cros.

Après une période difficile dans sa vie d’artiste et sa vie personnelle, Dani décide de rester dans l’ombre pendant quelques années. En 2011, Dani retrouve son public avec la reprise de la chanson de Serge Gainsbourg, « Comme un Boomerang », en duo avec Étienne Daho. Nouveaux albums et tournées s’en suivent pour marquer le succès de la chanteuse dans l’hexagone et au-delà de la frontière. Dani est vue comme une véritable icône parisienne du rock.

Dans les années 2000, Dani exploite son talent d’actrice. Elle joue dans plusieurs films pour le cinéma et la télévision : « Les lionceaux », « Les clefs de la bagnole », « Drôle de genre », « Fauteuils d’orchestre », « Mon roi » ou encore « Carbone ».

Dani est vue comme une véritable icône parisienne du rock.

Dani : une pluie d’hommages

Une star s’est éteinte. La tristesse est partagée entre les fans, mais surtout entre ses amis et proches collaborateurs. Sa personnalité pétillante a été saluée…

Son manager a posté sur les réseaux sociaux : « Des boums et des bangs, Dani en a vécus et nous en a fait vivre, la rencontrer c’était s’embarquer dans une course folle où l’amour était le maître-mot. Rien n’était plus important pour elle que créer, chanter, être entourée de ceux qu’elle aime. (…) Ses proches, ses amis, les artistes qui ont croisé sa route, nous sommes tous orphelins de cœur (…) Si Dani a inspiré tant d’artistes : photographes, cinéastes, paroliers, compositeurs, metteurs en scène, c’est qu’elle était un souffle de vie puissant, une nature entière, débordante d’amour et d’énergie ».

Étienne Daho montre sa profonde tristesse en écrivant : « Tu as tout fait avec l’élégance des dilettantes, surfant, hors des clous, sans te laisser enfermer dans les cases dans lesquelles on voulait t’enfermer, charmant ton monde de ta malice et de ta voix grave, sensible, planquée dans les volutes de fumée de tes cigarettes. Si rock, mais toi pour de vrai… ».