Crémation

L’acte de crémation et le devenir des cendres du défunt.

Avis-de-deces-Cremation-monument-cineraire

Tout savoir sur la crémation

Au moment du décès d’un proche, la famille se doit de décider (sauf volontés laissées par le défunt) du déroulement des obsèques. Quel type d’obsèques ? Inhumation ou crémation ?

Pour être sûr de prendre la bonne décision, nous vous informons ici sur la technique funéraire de la crémation.

La technique funéraire de la crémation vise à brûler et à réduire en cendres le corps du défunt

Avis-de-deces-Cremation-Columbarium

Le principe de la crémation

La technique funéraire de la crémation vise à brûler et à réduire en cendres le corps du défunt. Elle est prise en charge par des professionnels et la cérémonie se déroule dans l’enceinte d’un lieu dédié, nommé « crématorium ». Il s’agit d’un établissement agréé par l’État.

Après la prise de décision, il convient alors de se rendre auprès d’un crématorium pour discuter de la cérémonie des obsèques. Les pompes funèbres qui s’occupent du décès peuvent également s’en occuper.

Le crématorium dispose d’un personnel qualifié pour orienter le choix de la cérémonie. Certains crématoriums proposent des salles de cérémonie pour rendre un dernier hommage au défunt. Ce moment de recueillement est très important avant la crémation proprement dite.

Prises de parole et témoignages, passages musicaux… La famille peut choisir son propre rituel cérémonial.

Une fois que la crémation effectuée, les cendres du défunt sont recueillies dans une urne funéraire pour être remises à la famille.

Que deviennent les cendres du défunt ?

Le jardin du souvenir

Les cendres du défunt peuvent être dispersées dans un endroit spécifiquement dédié, situé dans un cimetière ou à proximité d’un crématorium. L’accès à ce lieu est libre et gratuit. Le personnel d’un crématorium est en mesure de guider la famille dans cette option.

Les monuments cinéraires

La cavurne

Il s’agit d’un monument cinéraire individuel et familial. Cela consiste à inhumer l’urne dans une sépulture personnalisée. Une cavurne se présente comme un petit caveau individuel enterré sous le sol et fermé d’un couvercle en granit ou béton

Le columbarium

Monument cinéraire collectif, cet endroit spécifique ressemble à des nids de pigeons. Après la crémation, les urnes cinéraires sont placées dans ces sortes de cases disposées dans un mur. Les cases sont personnalisables grâce à l’inscription du nom et prénom du défunt sur la porte.

Avis-de-deces-Cremation-dispersion-des-cendres

La dispersion en pleine nature

Il est enfin possible de disperser les centres en pleine nature. Pour cela, les cendres ne doivent pas pouvoir se disperser même partiellement sur la voie publique ou dans un lieu public.

Ainsi, les lieux autorisés sont la dispersion en mer, mais pas dans les cours d’eau, et la dispersion dans une grande étendue accessible au public dans un domaine privé tels que les forêts, prairies, champs. Dans cette seconde option, il conviendra néanmoins d’avoir l’autorisation préalable du propriétaire. Enfin, il sera nécessaire de faire une déclaration à la mairie du lieu de naissance du défunt afin que le nom du défunt, la date et le lieu de dispersion des cendres soit inscrits sur le registre dédié.

Afin de connaitre toutes les conditions, il est préférable de se renseigner auprès de votre agence de pompes funèbres.

Qu’est-ce qu’un crématorium ?

Le crématorium est l’établissement funéraire dans lequel est pratiquée la crémation des défunts.

La législation française et, notamment, le Code général des collectivités territoriales encadrent la gestion des crématoriums. Ces derniers peuvent, en effet, être gérés en direct par la municipalité du lieu d’implantation ou en délégation de service publique par une entreprise de pompes funèbres.
Dans le cas d’une gestion déléguée, il faut savoir que toutes les pompes funèbres ont accès au crématorium et à ses infrastructures.

En général, l’agencement des crématoriums est pensé pour l’accueil des familles en deuil. Différents espaces peuvent être aménagés pour accompagner le recueillement : salle de cérémonie omniculte, salon de retrouvailles (pour permettre à la famille et aux proches de se réunir après la cérémonie), salle de remise de l’urne. Un parc mémorial peut également être aménagé avec un espace pour l’inhumation des urnes ou leur conservation en columbarium, ainsi qu’un espace dédié à la dispersion des cendres.
Les espaces techniques sont accessibles uniquement par les professionnels du funéraire.

Crémation et religion

Quelle est la position des différentes religions concernant la crémation ?

Certaines religions autorisent la crémation des défunts.

  • L’Église catholique autorise la pratique de la crémation depuis 1963. Certaines règles sont tout de même à respecter : la cérémonie religieuse doit se dérouler en amont de la crémation, les cendres du défunt doivent reposer au sein d’un cimetière (inhumation de l’urne ou conservation de l’urne dans un columbarium).
  • La confession orthodoxe tolère la crémation sans pour autant encourager cette pratique funéraire. En effet, pour l’Église orthodoxe la crémation est un frein à la résurrection.
  • La religion protestante autorise la crémation depuis la fin du XIXe siècle.
  • Dans l’hindouisme, la crémation est pour sa part pratiquée depuis des millénaires (la fumée est un lien entre les divinités et le défunt).
  • La religion bouddhiste admet également la crémation : celle-ci libère l’âme et le corps, et facilite la réincarnation du défunt.

Les religions juives et musulmanes interdisent la pratique de la crémation.

Lexique funéraire / Qu’est-ce qu’une crémation ?

La crémation est la pratique funéraire consistant à brûler le corps du défunt afin de le réduire en cendres. Elle s’oppose de fait à l’inhumation.

À l’issue de la crémation, les cendres du défunt sont recueillies dans une urne funéraire. Celle-ci peut être conservée dans une case de columbarium, inhumée au sein d’une concession familiale. À savoir, il est interdit de conserver les cendres funéraires à domicile. Il est également possible de disperser les cendres dans un espace dédié (Jardin du souvenir), dans la nature ou en pleine mer.

Attention à ne pas confondre « crémation » et « incinération ». Ce dernier terme est assimilé aux déchets.

Obsèques / Choisir entre inhumation et crémation ?

Le type d’obsèques – inhumation ou crémation – est un choix personnel.

Il est possible de laisser ses volontés funéraires en amont (souscription d’une assurance obsèques ou rédaction d’un testament par exemple) auquel cas la famille doit respecter les directives de la personne. En l’absence, la décision revient aux proches qui se basent généralement sur les convictions religieuses ou philosophiques du défunt, d’éventuelles discussions passées.

Article funéraire / Quel est le prix d’une urne funéraire ?

À la recherche d’une urne funéraire pour rendre un bel hommage à un défunt ? Les agences de pompes funèbres disposent généralement d’un catalogue d’articles funéraires. Il est ainsi possible d’y trouver des urnes funéraires de style varié et répondant à tous les budgets.

Le coût d’une urne funéraire dépend de différents critères :

  • La taille de l’urne funéraire (la contenance dépend de la corpulence de la personne)
  • Le matériau de conception (marbre, granit, céramique, bois…). Attention à prendre en compte la destination des cendres lors du choix de l’urne funéraire (urne biodégradable un retour des cendres à la nature, urne résistante aux intempéries en cas de scellement sur le monument...)
  • L’esthétique de l’urne (urne funéraire confectionnée sur-mesure, personnalisée ou basique…)