Nécrologie
de Philippe Nahon

Philippe Nahon, ses débuts

Philippe Nahon, comédien et acteur, est décédé à l’âge de 82 ans, le dimanche 19 avril dernier des suites d’une longue maladie aggravée par le coronavirus, selon son épouse. Avec près de 60 ans passés sur les plateaux et les scènes de théâtre, il était apprécié de ses pairs et des réalisateurs : « un acteur rare, d’une sensibilité et d’une sincérité hors du commun » selon Albert Dupontel.

Philippe Nahon a tourné sous la direction de Steven Spielberg dans « Cheval de guerre » et dans « Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec » de Luc Besson

Philippe Nahon, ses débuts

Philippe Nahon est né le 24 décembre 1938 en Île-de-France. Il a débuté en tant que comédien au théâtre. En effet, il a d’abord donné vie aux textes de Brecht et de Shakespeare avant d’obtenir son premier rôle au cinéma dans le film « Le Doulous » de Jean-Pierre Melville, sorti en 1962. Dans les années 1970, il a tenu différents rôles dans des téléfilms ou des séries pour la télévision, notamment « Les cinq dernières minutes », « Les enquêtes du commissaire Maigret » (dans lequel il apparait encore en 1984 et en 1987), « Brigade des mineurs »… mais aussi « Azev, le tsar de la nuit » ou « La passion ». Toujours dans les années 1970, il a tourné pour des films engagés comme « Les Camisards » ou « Le pull-over rouge ». Entre-temps, il a continué à jouer au théâtre dans « Cyrano de Bergerac », « La guerre de Troie n’aura pas lieu », « Dans la jungle des villes » ...  Dans les années 1980, il est apparu dans des courts métrages et dans des films, presque toujours dans des seconds rôles dont les plus marquants sont « Clara et les chics types » ou « Ne réveillez pas un flic qui dort ».

Philippe Nahon, sa sortie de l’ombre

C’est en 1991 que le cinéaste Gaspar Noé lui a donné le rôle qui le fera réellement connaitre au public, avec son court métrage « Carne » dans lequel il joue le rôle d’un boucher. Dès lors, de jeunes réalisateurs montants font appel à lui. Gasper Noé réitère l’expérience avec le film « Seul contre tous » sorti en 1997. Mathieu Kassovitz  fait appel à lui pour son film « La haine » sorti en 1995 et « Les rivières pourpres » sorti en 2000. Il en est de même pour Jacques Audiard pour son film intitulé « Un héros très discret » sorti en 1996. Il fera partie du casting de films assez marquants « Cantique de la racaille », « Le pacte des loups », « Irréversible », « Calvaire », « Haute tension » … Dans les deux derniers, il a un rôle assez inquiétant. Parallèlement, il a aussi tenu des rôles plus légers comme dans « A la petite séminaire » ou « Virgil », tout en jouant dans des téléfilms, des courts-métrages et des séries télévisées dont « Kaamelott », « Caïn », «Les petits meurtres d'Agatha Christie » ou « Les Prédateurs ». Il a aussi participé au financement de films à petit budget comme « Cowboy » sorti en 2005 ou « Le deuxième souffle » sorti en 2007. A noter également que Philippe Nahon a tourné sous la direction de Steven Spielberg dans « Cheval de guerre » et dans « Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec » de Luc Besson. Son dernier tournage a eu lieu en 2018 dans « Moi, maman, ma mère et moi » de Christophe Masne. Gaspar Noé, son réalisateur fétiche, mais néanmoins ami qui avait le projet de réaliser « un épilogue à la vie de notre boucher », pleure le décès de Philippe Nahon. Apprécié de ses collaborateurs, il a reçu le Bayard d’Or du meilleur comédien en 1988 pour « Seul contre tous » et le prix du meilleur acteur pour « Vous êtes de la police » en 2007.