Nécrologie
de Marc Fumaroli

Marc Fumaroli, son parcours

Marc Fumaroli est né le 10 juin 1932 à Marseille, mais a passé son enfance à Fès où il a obtenu son baccalauréat ès lettres. Il a effectué des études supérieures au lycée Thiers à Marseille, à l'université d'Aix-Marseille et à la Sorbonne. En 1959, il est reçu à l’agrégation de lettres.

Il est connu pour ses prises de position concernant la politique culturelle de la France et l'art contemporain

Marc Fumaroli, son parcours

De 1963 à 1966, alors qu’il est pensionnaire de la Fondation Thiers, il est élu assistant à la Faculté de lettres de Lille à la rentrée 1965 et est chargé d’enseignement de l’Université de Lille III jusqu’en 1976. La même année, il est devenu docteur ès lettres et élu maître de conférences à Paris – Sorbonne. Il est également devenu directeur de la revue XVIIe siècle, poste qu’il a occupé jusqu’en 1986. C’est en 1978 qu’il est nommé professeur à l’Université Paris-Sorbonne, où il restera jusqu’en 1985. La même année, il deviendra membre du conseil de rédaction de la revue Commentaire où il restera jusqu’en 2010. Il est également élu professeur au Collège de France, chaire « Rhétorique et société en Europe (XVI-XVIIème siècles), en 1986, présenté alors par le poète Yves Bonnefoy et l’historien Jean Delumeau. Il est ensuite désigné par l’assemblée des professeurs du Collège de France et devient membre du conseil d’administration de la fondation Hugot du Collège de France, de 1992 à 1997. Entre-temps, en 1995, il est élu à l’académie au fauteuil 6 succédant à Eugène Ionesco, président de la Société des amis du Louvre en 1996 qu’il a quitté en 2016, seulement après 20 ans de présidence, et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1998, remplaçant Georges Duby. En 2000, il est professeur invité au Conservatoire national des arts et métiers et professeur émérite au Collège de France depuis 2003 où il a fait partie de plusieurs commissions. Il est nommé président de la Commission générale de terminologie et de néologie, pour le reste du mandat en remplacement de Gabriel de Broglie en 2006. Il fait également partie de la commission de nomination au poste de directeur de la Villa Médicis à Rome depuis 2008, et du Comité de parrainage de l’institut régional du cinéma et de l’audiovisuel depuis 2009. Marc Fumaroli a fondé et dirigé l’Institut européen pour l'Histoire de la République des Lettres, hôte de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, et l’Association française des Arts, une sorte de plaidoyer pour réconcilier l’art et la beauté. Il était membre d’honneur de l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR). Reconnu à l’étranger, Marc Fumaroli est devenu membre de plusieurs sociétés savantes : membre correspondant du British Academy, Academie nationale des sciences des États-Unis, Académie américaine des arts et des lettres, Académie des Lycéens et Société américaine de philosophie de Philadelphie. Il a été nommé docteur honoris causa de l'université de Naples (FederigoSecondo) en 1994, de l'université de Bologne en 1999, de l'université de Gênes en 2004, de l'université Complutense de Madrid en 2005. Marc Fumaroli était aussi un essayiste. Il est connu pour ses prises de position concernant la politique culturelle de la France et l'art contemporain. Il est également un historien de la littérature française et ses œuvres sont inspirées de ses intérêts dans ces domaines.

Marc Fumaroli, ses publications

En 1990 est publié « Héros et Orateurs, rhétorique et dramaturgie cornélienne » suivie de « L'État culturel : une religion moderne » en 1991 et rééditée en 1999. En 1997, il a écrit « Le Poète et le Roi, Jean de La Fontaine et son siècle ». Une des œuvres marquantes est « L'Âge de l'éloquence : rhétorique et « resliteraria » de la Renaissance au seuil de l'époque classique » éditée en 1980 et rééditée en 1994, et « La Diplomatie de l'esprit : de Montaigne à La Fontaine » sortie en 1995 et rééditée en 1998. En 1999, il a écrit « L'École du silence. Le sentiment des images au xviie siècle », une œuvre sur l’art, et « Orgies et fééries, Chroniques du théâtre à Paris autour de 1968 » en 2002 sur le théâtre. Il est revenu à la littérature en éditant « Chateaubriand : poésie et Terreur » en 2003 et « Exercices de lecture : de Rabelais à Paul Valéry » en 2006.  Toujours porté sur l’art, il sort « Peinture et pouvoirs aux XVIIe et XVIIIe siècles : de Rome à Paris » en 2007 et « Paris-New York et retour : voyage dans les arts et les images : journal, 2007-2008 » en 2009. « Chateaubriand et Rousseau » est un CD audio de la conférence que Marc Fumaroli a donnée au Collège de France en 1995, mais éditée en 2009. Puis il a sorti un essai, « Lelivre des métaphores : essai sur la mémoire de la langue française » en 2012 et « Des modernes aux Anciens » en 2012 et « La république des Lettres » en 2015. En 2019 sont édités « Partis pris » et « Le poète et l'empereur : et autres textes sur Chateaubriand ». Plusieurs fois primé, Marc Fumaroli a reçu entre 1982 et 2009 le prix Monseigneur Marcel de l'Académie française, le prix de la critique de l'Académie française, le prix Balzan, pour l'histoire et la critique littéraires du xvie siècle à nos jours, le prix du Mémorial, grand prix littéraire d'Ajaccio, le prix Combourg et le prix Reino de Redonda. Véritable homme de lettres, Marc Fumaroli a reçu plusieurs décorations aussi bien françaises qu’étrangères. Il était considéré par ses collègues comme l’un des plus grands conteurs du passé et fervent apôtre du patrimoine culturel français. Son décès laisse un vide, non seulement au fauteuil 6, mais aussi sur le monde littéraire et culturel français.