Nécrologie d’Olivier Dassault

Mort d’Olivier Dassault dans un crash d’hélicoptère.

Avis-de-deces-Olivier-Dassault-©JacquesWitt-SIPA

Olivier Dassault, son décès

Olivier Dassault, homme d’affaires et politicien français, est décédé le 7 mars 2021 à Touques, dans le Calvados. Le crash d’hélicoptère qui l’a tué s’est produit au moment du décollage. Il était l’héritier d’une des premières fortunes françaises. Il avait 69 ans.

Serge Dassault le nomme directeur adjoint d’Europe Falcon Service et directeur de la stratégie des avions civils.

Olivier Dassault, l’homme politique

Petit-fils de Marcel Dassault et fils de Serge Dassault, Olivier Dassault est né le 1er juin 1951, à Boulogne-Billancourt.

Au niveau de ses formations, Olivier Dassault est ingénieur de l’École de l’air (1974). Il obtient également un DEA de mathématiques de la décision (1976) et un doctorat d’informatique de gestion (1980). Il suit, par ailleurs, une formation militaire : commandant de réserve de l’Armée de l’air.

Olivier Dassault suit les traces de son grand-père qui tient la première circonscription de l’Oise jusqu’en 1986. Ainsi, il fait ses premiers pas dans la politique au Conseil de Paris (1977-1989). Il se présente aux législatives en 1988 en tant que candidat du RPR (Rassemblement pour la République). Il est alors élu député de l’Oise dans la première circonscription. En 1993, il est réélu, puis battu en 1997, avant d’être de nouveau élu et réélu (2002, 2007, 2012 et 2017).

Olivier Dassault s’engage également dans une carrière politique locale dans le Beauvaisis. Il y devient conseiller municipal de 1989 à 1995, pour deux mandats. Par la suite, il est nommé premier vice-président du Conseil régional de Picardie, puis élu Conseiller général de l’Oise (canton de Beauvais Nord-est) de 1994 à 1998. Au sein de l’Assemblée Nationale, il fait partie de la commission des finances. En 2002, il fonde le groupe d’étude parlementaire « Génération entreprise » qui devient « Génération Entreprise – Entrepreneurs Associés » en 2012.

Olivier Dassault est également délégué national du RPR, chargé de la mondialisation et du commerce extérieur. Depuis 1996, il est fait président d’honneur du club « Partenariat France » et est nommé président du comité des entrepreneurs pour les Républicains en 2015.

Olivier Dassault, l’homme d’affaires

Olivier Dassault ne pense pas faire carrière dans l’entreprise familiale. Mais, en 1974, alors qu’il est âgé de 25 ans, son grand-père lui confie la direction de Productions 2000. Ce qui lui permet de créer et de diriger, en 1978, le groupe ODIC (Olivier Dassault International Communication). Il rencontre un succès notable dans les relations de presse et la publicité. Mais, à la suite d’un accident en 1984, il revend ses sociétés.

En 1986, après le décès de son grand-père, Marcel Dassault, fondateur de l’entreprise Dassault Aviation, son père, Serge Dassault, le nomme directeur adjoint d’Europe Falcon Service et directeur de la stratégie des avions civils. Au fil des années, il occupe divers postes à responsabilité et devient membre du conseil d’administration en 1996. En 2000, il devient président de Dassault Communications et crée le magazine Jours de chasse au sein du groupe de presse Valmonde.

Lorsque le groupe Dassault entre dans le groupe Le figaro en 2004, Olivier Dassault devient administrateur de la Socopresse, qui devient, en 2011, Dassault Médias. La même année, il est nommé président du conseil de surveillance du groupe Dassault mais, en raison de ses fonctions politiques, il est contraint de démissionner pour risque de conflits d’intérêts. Il reste néanmoins président du comité stratégie et développement du groupe.

Olivier Dassault était un passionné de photographie. Il exposait régulièrement en France et à l’étranger. Il avait, par ailleurs, publié 13 ouvrages sur la photographie. Pilote aguerri, il était détenteur de quelques records du monde de vitesse. Le dernier (1996) était sur un Falcon 900 EX de Paris à Abu Dhabi et de Paris à Singapour. Artiste dans l’âme, il avait également composé l’emblème sonore de l’Assemblée nationale. C’est lui, également, qui avait mis en musique le feu d’artifice de l’an 2000 à Paris et l’inauguration du Parc Vulcania.