Nécrologie de Jean-Louis Servan-Schreiber

Le journaliste et patron de presse, Jean-Louis Servan-Schreiber, est mort du Covid.

Jean-Louis Servan-Schreiber, son décès

Jean-Louis Servan-Schreiber, journaliste et écrivain français, est décédé des suites du Covid-19, le 28 novembre 2020. Celui que l’on surnommait « JLSS » était aussi un patron de presse ; il dirigeait notamment L’Expansion et Psychologies. Il avait 83 ans.

En collaboration avec Jean Boissonnat, il crée L’Expansion, un magazine économique mensuel.

Jean-Louis Servan-Schreiber, le journalisme dans le sang

Jean-Louis Servan-Schreiber est né le 31 octobre 1937 à Boulogne-Billancourt. Il est membre d’une famille de journalistes. À sa sortie de l’université Sciences-Po Paris, il intègre Les Échos (1960), un journal économique fondé par son père et son oncle. Il en devient très rapidement le directeur de la rédaction, deux ans à peine après son arrivée. Il rejoint par la suite son frère, qui a fondé L’Express. Ensemble, ils transforment cet hebdomadaire en magazine d’actualités, le premier en France. Les deux frères connaissent un succès immédiat. Ils travaillent ensemble jusqu’en 1967, année où Jean-Louis Servan-Schreiber décide de se lancer dans sa propre entreprise. En collaboration avec Jean Boissonnat, il crée L’Expansion, un magazine économique mensuel. Celui-ci va finalement disparaître en 2017 en raison de la chute des ventes. Mais, entre-temps, Jean-Louis Servan-Schreiber a su développer son business et L’Expansion est devenu un groupe avec à son actif L’Entreprise, La Lettre de L’Expansion, La Vie Financière, La Tribune et des activités d’édition et de séminaires. Au début des années 1990, le groupe français L’Expansion devient un groupe européen, prenant le nom de Eurexpansion. Du fait de la situation économique avec la guerre du Golfe, il cède le contrôle de son groupe tout en restant président du conseil de surveillance (jusqu’en 1999). Jean-Louis Servan-Schreiber fait également du magazine marocain, La Vie Economique, le premier hebdomadaire d’information du Maroc en le rachetant en 1994. Il le vend par la suite pour racheter Psychologies magazine, un mensuel féminin au succès qu’on lui connait. En effet, sa diffusion se fait au-delà des frontières grâce à une participation minoritaire de Hachette (en 2004), et qui rachète le groupe en 2008. Jean-Louis Servan-Schreiber reste cependant président du conseil de surveillance du groupe. En 2010, il fonde le magazine CLÉS, au thème « trouver du sens, retrouver du temps ».

Jean-Louis Servan-Schreiber, ses autres activités

Jean-Louis Servan-Schreiber est passionné d’écriture. Il est un écrivain et essayiste reconnu. Ses œuvres traitent principalement du comportement humain, d’une vision positive et optimiste. Il publie des essais sur l’évolution des sociétés face à la modernité. Parmi ses œuvres, on peut citer L’Entreprise à visage humain (1973), À Mi-vie : l’entrée en quarantaine (1977), Vivre content (2002), Une vie en plus : la longévité, pour quoi faire ? (2005), Aimer, quand même, le XXIe siècle (2012), Pourquoi les riches ont gagné ? (2014), L’Humanité, apothéose ou apocalypse ? (2017), Avec le temps (2020). Jean-Louis Servan-Schreiber enseigne également à l’Université Standford, en Californie (de 1971 à 1973). Il anime des émissions télévisées : sur TF1 avec Questionnaire (de 1972 à 1981). Il est en même temps chroniqueur sur France Inter et Europe 1. Enfin sur la chaîne LCI, il anime l’émission Psycho Philo (de 1999 à 2001). Fervent défenseur des droits de l’Homme, Jean-Louis Servan-Schreiber est le fondateur et président du comité de soutien de l’organisation Humans Rights Watch en France (2007). Cette organisation a pour but d’alerter les gouvernements et l’opinion publique sur les atteintes aux droits de l’Homme dans 70 pays à travers le monde. Jean-Louis Servan-Schreiber n’était pas seulement un journaliste doté d’un sens aigu des affaires. Il avait aussi une vision de la vie qui lui permettait, sans aucun doute, de l’apprécier à sa juste valeur. « C’est en nous que nous trouvons la gratification, dans le simple enchaînement des jours, dans la conscience de pouvoir encore voir, sentir, respirer, exister… Finalement, c’est la vie elle-même qui est notre cadeau permanent et extraordinairement stimulant ». Tels étaient ses mots dans son essai Une autre vie. Une belle philosophie de vie qui mérite que l’on médite dessus.