Nécrologie de Jean-Denis Bredin

Mort de l’avocat et académicien Jean-Denis Bredin

Avis-de-deces-Jean-Denis-Bredin-©PHOTOPQR-OUESTFRANCE

Jean-Denis Bredin, son décès

Jean-Denis Bredin, avocat de renom et membre de l’Académie française, est décédé le 1er septembre 2021. L’annonce du décès a été transmise au journal Le Point par le bâtonnier de Paris. Jean-Denis Bredin laisse un vide immense dans le cœur de ses confrères professeurs en droit et historiens, membres de l’académie française et du Barreau de Paris. Il est mort à l’âge de 92 ans.

Avocat, historien, professeur de droit, écrivain et académicien, Jean-Denis Bredin montrait de l’aisance dans plusieurs domaines.

Les nombreux hommages à Jean-Denis Bredin

Jean-Denis Bredin se démarquait par sa capacité à dompter les amphithéâtres, à dominer les colloques et prétoires. Homme de tempérance, maître de la courtoisie et du respect, ses proches remémorent ses qualités d’homme, plaideur hors pair, toujours modeste et généreux. Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, lui rend ainsi hommage. « C’est une très grande figure du barreau français qui vient de s’éteindre. Il aura marqué son époque de son talent et des nombreux combats qu’il a menés. » Le bâtonnier de Paris Olivier Cousi a, pour sa part, Twitté : « Jean-Denis Bredin nous a quittés. Il fut l’un de nos plus brillants confrères possédant une plume à nulle autre pareille qui l’avait porté à l’Académie française ». Les hommages de ses proches et d’anonymes sont nombreux.

Jean-Denis Bredin, un homme aux multiples talents

Avocat, historien, professeur de droit, écrivain et académicien, Jean-Denis Bredin montrait de l’aisance dans plusieurs domaines. Sa famille y est pour beaucoup. En effet, il est né dans une famille d’intellectuels : son arrière-grand-mère, notamment, était proche de Baudelaire et de Marcel Proust. Jean-Denis Bredin a grandi aux côtés d’un beau-père avocat, Jean Lemaire, devenu bâtonnier du Barreau de Paris en 1935. Sa fille, Frédérique Bredin, est une ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports.

Jeune surdoué, Jean-Denis Bredin obtient, dès l’âge de 19 ans, une licence auprès de la faculté de lettres de Paris puis un doctorat à la faculté de droit de Paris. Il fut reconnu comme étant le plus jeune agrégé de France. Jean-Denis Bredin a enseigné dans plusieurs universités, dont Paris-Dauphine et la faculté de droit de Rennes. Il restera à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne pendant vingt ans, de 1973 à 1993. En 1950, le littéraire devient avocat du Barreau de Paris avant d’être nommé professeur émérite. Avec son confrère Robert Badinter, ils cofondent le cabinet d’affaires nommé « Bredin Badinter ». Aujourd’hui, le cabinet est réputé comme étant l’un des cabinets d’affaires les plus prestigieux en France.

Des écrits à la qualité incomparable

Fervent défenseur des droits, Jean-Denis Bredin rapporte dans ses nouvelles, essais et fictions des erreurs et des dérives judiciaires. Ces faits sont relatés dans ses ouvrages tels que « Un coupable » (1985), « Un tribunal au garde-à-vous » (2002) ou encore « L’infamie » (2012). Jean-Denis Bredin a pris le fauteuil de Marguerite Yourcenar à l’Académie française le 15 juin 1989. Il est devenu doyen de l’élection de l’académie, succédant à Jean d’Ormesson.