Nécrologie de Bernard Tapie

Bernard Tapie, homme d’affaires et politicien, est décédé le dimanche 3 octobre 2021 à Paris, des suites d’un cancer de l’estomac. S’il s’était notamment illustré dans le monde du sport en rachetant l’Olympique de Marseille (à qui il avait rendu sa gloire), il avait aussi fait parler de lui dans des nombreuses affaires judiciaires. Il avait 78 ans.

Avis-de-deces-Bernard-Tapie-©DomineJerome-ABACA

Bernard Tapie, homme d’affaires et patron sportif

Bernard Tapie est né le 26 janvier 1943, à Paris. Diplômé en électronique, il tente sa chance dans la chanson sous le pseudonyme Bernard Tapy (en 1966). Il sort quelques disques, mais ne connait pas le succès escompté. Il cherche encore sa voie et tente une carrière dans la Formule 3. Un grave accident le plonge dans le coma, au sortir duquel il se décide à devenir entrepreneur. En 1967, il débute avec succès dans la vente de télévision. Il revend son magasin et, en 1974, monte une société de services aux personnes à risque cardiaque : Cœur Assistance. Mais, sans l’autorisation de l’ordre des médecins, il est contraint d’abandonner, d’autant plus qu’en 1981 il est condamné avec sursis pour publicité mensongère. Il fonde alors un groupement d’achat, le Club Bleu, qu’il revend ensuite pour devenir consultant au sein du cabinet de conseil SEMA. En 1977, il monte sa propre affaire et se spécialise dans le rachat d’entreprises en dépôt de bilan. Ses affaires sont florissantes et, grâce à sa popularité, Bernard Tapie est invité dans des émissions télévisées. Il crée alors une émission, Ambitions, qu’il anime et qui a pour objectif d’aider les jeunes à monter leur entreprise. L’émission a été présente de février 1986 à février 1987. Il crée également des écoles de commerce (fermées en 1994 pour faillite) réservées aux jeunes chômeurs ou sans formation. Passionné de sport, Bernard Tapie investit également dans des équipes, d’abord dans le cyclisme puis dans le foot. Si, depuis 1980, il souhaite constituer une équipe cycliste, comprenant Bernard Hinault, c’est seulement en 1984 que cela se fait avec La vie Claire, permettant ainsi au quadruple vainqueur du Tour de France de gagner son cinquième (1985), suivi de la victoire de Greg LeMond (1986). Fort de ses succès, il rachète l’Olympique de Marseille, alors en grande difficulté financière, pour 1 euro symbolique. Sous son patronat, l’équipe fait des exploits : quatre titres de Champion de France consécutifs (1989 à 1992), quatre finales de Coupe de France avec une victoire (1989), deux demi-finales de Coupe d’Europe et deux finales de Ligue des champions, dont une victoire en 1993. Mais cette victoire va être entachée par une histoire de corruption ayant pour conséquence la faillite de l’OM, mais également l’incarcération de Bernard Tapie. Il fait également l’objet d’une enquête judiciaire dans d’autres affaires : châteaux de Bokassa, Testut et Phocéa.

Pour allier sa passion du sport et son esprit d’entrepreneur, il rachète la marque Adidas à la fin des années 1980. À partir de 1993, la société est à nouveau rentable. Sa revente aboutit à une bataille juridique entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, mandaté pour la vente. Mais Bernard Tapie perd et est contraint de rembourser une somme astronomique qui le met en faillite (1994), ainsi qu’à la liquidation judiciaire des groupes Tapie (2020).

En 1995, interdit de faire des affaires et de fonction dans le sport, Bernard Tapie se tourne vers la chanson, le cinéma (Cazas, Commissaire Valence…) et le théâtre (Vol au-dessus d’un nid de coucou, Un beau salaud, Oscar, Les montagnes russes…). Il anime des émissions de radio, Allo Bernard, et de télé À tort ou à raison. Il fait son retour dans le monde des affaires en 2009, en devenant actionnaire du Club Med, qu’il revend la même année. À partir de 2010, il met son yacht, Reborn, en location et perçoit des commissions de ventes versées par ses partenaires sur son site de discount BernardTapie.com. Au mois de décembre 2012, il devient actionnaire à 50% du groupe Hersant Média (GHM), premier groupe de presse de la région PACA. En 2016, sa fortune est estimée à 150 millions d’euros.

Il rachète l’Olympique de Marseille, alors en grande difficulté financière, pour 1 euro symbolique.

Bernard Tapie, l’homme politique

Homme de gauche, la carrière politique de Bernard Tapie débute vers la fin de l’année 1987, après sa rencontre avec le président François Mitterrand. En 1988, il se présente aux législatives sous l’étiquette « majorité présidentielle », mais est battu par le candidat républicain Guy Teissier. Le vote est annulé pour irrégularité. Lorsque Bernard Tapie se représente, il est élu et devient député des Bouches-du-Rhône. Il occupe ce poste de 1989 à 1996. En 1992, il est nommé ministre de la Ville, un ministère créé à la demande de Bernard Tapie pour s’occuper des problèmes des quartiers difficiles. En contrepartie, il cède son siège à l’assemblée à son suppléant Jean-Claude Chermann et quitte momentanément le monde des affaires. Mais, mis en cause dans des faits d’abus de biens sociaux, il est contraint de démissionner. Ayant obtenu un non-lieu, il réintègre le gouvernement au mois de décembre de la même année jusqu’en mars 1993. En 1994, Bernard Tapie devient conseiller général des Bouches-du-Rhône, où il va siéger jusqu’en 1995. Entre-temps, au mois de juillet 1994, il est élu député européen sous le parti Alliance radicale européenne (ARE), un groupe politique du Parlement européen. Il y siège jusqu’en 1997. À la suite de ses nombreux démêlés avec la justice, Bernard Tapie se retire de la vie politique, mais n’hésite cependant pas à s’exprimer sur les actualités. Il défend Emmanuel Macron dans la gestion de la crise du coronavirus en 2020.

Il publie quelques ouvrages en relation avec la politique dont De l’énergie pour l’Européen (1994), Parole(s) de Tapie (1995) ou encore Un scandale d’État, oui ! : mais pas celui qu’ils vous racontent (2013).

Bernard Tapie était une personnalité qui a fait beaucoup de vagues. Malgré son cancer de l’estomac, il avait gardé son énergique franc-parler pour dénoncer, selon lui, les injustices dont il était victime. Il avait toujours su rebondir, démontrant là un courage et un véritable esprit de combattant.