L’aveu des larmes

Depuis ton départEn coup de ventLes journées plus froides. Te savoir sous terreMais pour te voirRegarder les cieux. Cimetière en fleursEt tout là-haut ton étoile –Larmes au coin des yeux.